La vaccination : ce qu’il faut retenir

Alors que les français se vaccinent de moins en moins, et que le marché des vaccins a baissé de 30% en valeur entre 2008 et 2012 d’après une étude du cabinet IMS Health, il convient de revenir sur les principes fondamentaux de la vaccination.

 

Qu’est-ce que c’est ?

La vaccination est un procédé consistant à introduire un agent extérieur (le vaccin) dans un organisme vivant afin de créer une réaction immunitaire positive contre une maladie infectieuse.

La vaccination conduit à la production d’anticorps spécifiquement dirigés contre les agents infectieux à l’origine de ces maladies. En cas d’infection, ces anticorps pourront neutraliser et détruire les agents infectieux.

 

Quels sont les types de vaccins ?

Il existe deux types de vaccins : les vaccins vivants atténués et les vaccins inactivés.

Les vaccins vivants atténués contiennent un agent infectieux vivant. Le pouvoir pathogène du virus ou de la bactérie a été atténué par différents procédés, de manière à ce que son administration n’entraîne pas de maladie (ou une maladie très bénigne). Toutefois, par précaution, ces vaccins sont contre indiqués chez la femme enceinte et chez les personnes immunodéprimées.

Exemples de vaccins vivants atténués : Les vaccins contre la rougeole, la rubéole, les oreillons, la fièvre jaune et le vaccin oral contre la fièvre typhoïde.

Les vaccins inactivés contiennent des agents infectieux qui ont été tués grâce à un produit chimique ou par la chaleur. Ils sont donc totalement inoffensifs, mais demeurent capables de susciter une réponse du système immunitaire.

Exemples de vaccins inactivés : Le vaccin injectable contre la poliomyélite, les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’Haemophilus influenza de type b, l’hépatite A, l’hépatite B, le pneumocoque, la grippe, etc.

 

Quelles sont les possibles contre-indications ?

Avant toute vaccination, il faut s’assurer de l’absence de contre-indications .C’est dans ce but que votre médecin vous posera différentes questions relatives à votre état de santé et à vos antécédents médicaux.

- S’il découvre une contre-indication temporaire à la vaccination, celle-ci sera différée.

- S’il découvre une contre-indication définitive (situation rendant l’administration du vaccin définitivement impossible), il la mentionnera sur votre carnet de santé.

Votre médecin vous interrogera en particulier sur vos éventuelles allergies.

Une allergie à l’un des composants du vaccin peut en effet conduire à une réaction grave, potentiellement mortelle : l’anaphylaxie. Cette complication allergique de la vaccination est toutefois très rare.

 

Qui peut vous vacciner ?

Vous pouvez être vacciné par votre médecin traitant, par un médecin exerçant dans un centre de vaccination, par votre médecin du travail ou encore par un infirmier (sur prescription médicale).

Les enfants de moins de 7 ans peuvent être vaccinés dans un centre de Protection maternelle et infantile (PMI).

Les sages-femmes sont également habilitées à pratiquer certains vaccins (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, hépatite B, grippe et rubéole chez les femmes ; BCG et hépatite B chez le nourrisson nés de mère séropositive pour ce virus, en association avec des immunoglobulines spécifiques anti-HBs)

 

Quels sont les vaccins obligatoires  et quand doit-on les pratiquer?

N’hésitez pas à consulter votre médecin ainsi que votre carnet de santé. Si vous deviez avoir doute, le site officiel de l’administration française propose une page récapitulative des vaccins obligatoires et recommandés dont vous trouverez le lien ci après :

http://vosdroits.service-public.fr/F724.xhtml

Sources :

http://www.service-public.fr/

http://sante.lefigaro.fr/

http://www.inserm.fr/

Rate this item
(0 votes)
back to top